FORWARD

LE FUTUR, C’EST COMMENT ?

FORWARD est un site d’actualités et de réflexions sur le futur de l’art. Il tente de répondre à une question de fond : comment, dans 50 voire 100 ans, grâce à la technologie et l’évolution des mentalités, consommerons-nous et produirons-nous l’art ? L’art au sens large et sous toutes ses formes : musique, peinture, design, architecture, street art, bande dessinée, dessin, tatouage…

 

Notre but

Le but de FORWARD est d’inviter chacun à réfléchir. Pour cela, nous mettons en avant des projets innovants d’artistes, de startup ou de collectifs ; des expériences couplant humains et intelligence artificielle ; des interviews et des portraits d’inspirés étudiant les possibilités de l’art transhumaniste ; des expositions utilisant des nouveaux modes de créations offerts par la réalité virtuelle. Tous ces projets et expériences ont un point commun : le futur de l’art et de la musique.

Sur FORWARD, on vient se documenter, assouvir sa curiosité, trouver des explications, découvrir, réfléchir. FORWARD est donc destiné aux aficionados de l’art et de la musique, aux étudiants, aux passionnés de culture, aux curieux et même aux professionnels du futur.

Parce que le futur nous concerne tous. Parce que comprendre le futur nous permet de mieux l’appréhender. Pour démocratiser la compréhension des évolutions technologiques et leurs conséquences.

 

UNE VISION POSITIVE ET O-PTI-MISTE !

Notre mantra ? Le futur peut être beau, si on souhaite qu’il le soit. Certaines personnes choisissent d’imaginer des dystopies toujours plus noires. Les nombreuses œuvres de science-fiction de Bradbury, Huxley, ou Philip K. Dick en témoignent : la lecture, les instruments de musique et l’art finissent par disparaître… C’est pourquoi nous pensons que la démocratisation de l’art sous toute ses formes peut rendre le futur plus beau, et même radieux. Réfléchir au futur sous le prisme de l’art peut également nous permettre d’obtenir des réponses à d’autres questions existentielles (la place de l’Homme dans un monde toujours plus technologiques, la relation humains-machines, les effets de la réalité virtuelle sur sa perception du monde…).

 

Pas de Black Mirror

À l’heure où le futur hante les esprits, FORWARD se revendique comme plateforme optimiste pour nous redonner confiance en l’avenir. Dans notre univers, HAL 9000 ne vous supplie pas de l’éteindre, car vous n’avez aucune raison de le faire. Les robots ne vous tueront pas, ils vous aideront à exprimer votre art. Nous ne finirons pas non plus gavés de soma à longueur de journée…

Après 2 années passées à Londres à essayer d’étudier les sciences politiques, Margot est revenue outre-manche pour moins d’euroscepticisme. Chaque semaine, cette grosse obsédée de la technologie arpente les méandres du web à la recherche du futur, puis raconte tout dans sa chronique ‘le Turfu’ sur VL. Le reste du temps, sa plume et sa passion pour la couleur bleu – comme en témoigne Anything blue, un site créé avec sa jumelle de 11 ans de plus qu’elle – lui suffisent à passer des jours paisibles…

CE QUI L’INTERLOQUE LE PLUS ? 

« L’intelligence artificielle et l’incertitude du futur ».
Pour elle, impossible de vraiment savoir de quoi sera fait notre avenir. Mais elle le recherche quand même.

SES UNIVERS FAVORIS ? 

Docteur Futur, Philip K.Dick, 1960
2001: l’Odyssée de l’espace, Stanley Kubrick, 1968
La Nuit des temps, René Barjavel, 1968
Métal hurlant, Gerald Potterton, 1981
Real humans, Harald Hamrell et Levan Akin, 2012
Westworld, Jonathan Nolan et Lisa Joy, 2016

SA DEVISE ?

On peut définir la Science-Fiction comme la branche de la littérature qui se soucie des réponses de l’être humain aux progrès de la science et de la technologie.

Né à la campagne dans une contrée non lointaine, Sylvain a toujours aimé le vert. Après avoir obtenu un diplôme de communication digitale dans une école de la capitale, les choses sérieuses commencent, et il devient alors chef de projet digital dans une agence. Des projets, il en a toujours eu plein, comme Electronic Mashed Potatoes, son blog musical, ou Paris Culture Club, une émission de radio où il portait la double casquette de chroniqueur-et-chargé-de-communication (pendant 3 ans).

CE QUI LE FASCINE LE PLUS ?

« Le futur sous forme d’univers dystopiques. »
Pour lui, la science fiction est cathartique : elle montre souvent le pire pour qu’on puisse apprendre à l’éviter.

SES GURUS ?

Charlie Brooker, Black Mirror, 2011
Alain Damasio, La Zone du dehors, 1999
Philip K. Dick, Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?, 1968
Ray Bradbury, Fahrenheit 451, 1953
Isaac Asimov, Poésie légère, 1973 / Le Détail clé, 1968 / 2430, 1970

SON DICTON ?

La fiction est le plus court chemin vers la réalité.

Anciennement chef de projet IT, Anne-Laure est à présent prête à explorer de nouveaux horizons en apprenant à coder et en faisant de Github son nouveau meilleur ami. Sa peur de l’ennui lui fait régulièrement se lancer les défis les plus fous, comme celui d’écrire un roman de science fiction ou encore de jouer sur scène de la batterie. Durant son temps libre, elle dévore ses bandes dessinées futuristes préférées et part écouter ses groupes de musiques favoris dans les salles de concert de l’est parisien.

CE QUI LA CHOQUE LE PLUS ?

Les gens qui ne savent pas ce que sont les trois lois de la robotique de Isaac Asimov.

SES LIVRES DE CHEVET ?

La horde du contrevent, Alain Damasio, 2004
Le robot qui rêvait, Isaac Asimov, 1986
Des fleurs pour Algernon, Daniel Keyes, 1956
Revoir Paris, Schuiten/Peeters, 2014
Aâma, Frederik Peeters, 2011
Lorsque j’étais une oeuvre d’art, Eric-Emmanuel Schmitt, 2002

SON CREDO ?

La seule limite à l’imaginaire, c’est celle que l’on s’impose soi-même.