FORWARD
Now Reading:

La transfusion de sang « jeune », déjà vu chez Aldous Huxley

 Artiste transhumaniste ou chercheur scientifique ? La frontière peut parfois être mince chez certains artistes qui vont jusqu’à modifier leurs corps à des fins expérimentales, par exemple via la transfusion sanguine.

Dans sa série de manipulations intitulée Natural History of the Enigma, l’artiste Eduardo Kac a créé Edunia, une fleur transgénique contenant l’ADN de l’artiste dans ses nervures. Si on ne parle pas ici directement de transfusion sanguine entre êtres humains, cette œuvre biotechnologique aborde la question du côté éthique de l’art transhumaniste, voire transgénique dans ce cas. C’est également à Eduardo Kac que l’on doit Alba, le lapin génétiquement modifié avec une protéine de méduse afin de le rendre fluorescent.

Après l’art, la vie quotidienne

Si nous restions jusqu’ici dans le cadre artistique, ce n’était qu’une question de temps pour qu’une entreprise s’approprie le sujet et les vertus que peuvent avoir la transfusion sanguine. Ambrosia est le nom de la jeune start-up (créée en 2016 dans la Silicon Valley) qui propose à de riches volontaires plutôt âgés de se faire transfuser du sang « jeune », afin de retarder la vieillesse voire même de rajeunir. « L’étude de l’allongement de la vie est une obsession tendance dans la Silicon Valley. » lit-on dans le rapport de l’intervention du fondateur d’Ambrosia Jesse Karmazin, lors de la Code Conference 2017. C’est dans le cadre de ce nouveau mouvement que la start-up a piqué l’intérêt de Peter Thiel qui aurait pris contact avec l’entreprise l’année dernière, et confirmé son ambition cette année. Pour la modique somme de 8 000 euros et si vous êtes âgés de plus de 35 ans, vous pourrez donc vous faire transfuser du sang frais d’adolescents et de jeunes adultes âgés au maximum de 25 ans.

Pour la petite histoire, l’entreprise tire son nom de l’ambroisie, une substance divine, unique nourriture solide des dieux grecs et assure leur immortalité. Leur boisson était le nectar. Le but de l’Homme serait-il de se rapprocher de plus en plus des dieux et de vivre indéfiniment ? Au-delà de la question éthique, ce processus permettrait d’inverser l’âge des cellules, de combattre les effets de l’âge sur le métabolisme et donc améliorer la longévité.

Une sensation de déjà-vu ?

Le Meilleur des Mondes, roman phare d’anticipation écrit par Aldous Huxley, décrit un monde futuriste proche où la quasi-totalité des êtres humains vit dans un Etat Mondial suite à une Guerre de Neuf Ans. Dans cette société, on ne fait plus d’enfants naturellement : tous les êtres humains sont créés dans des laboratoires. Les fœtus sont conditionnés via un long processus, afin de définir leur place au sein de la hiérarchie et aussi ce qu’ils doivent penser ou non une fois adulte.

Mais l’aspect qui nous intéresse concerne les progrès médicaux qui ont également permis d’éradiquer, à partir de trente ans, tout vieillissement corporel. Un des éléments qui permet cela ? La transfusion de sang jeune.

– Vieux ? répéta-t-elle. Mais le Directeur est vieux ; il y a des tas de gens qui sont vieux ; et ils ne sont pas comme cela.
– C’est parce que nous ne leur permettons pas d’être comme cela. Nous les préservons des maladies. Nous maintenant artificiellement leurs sécrétions internes au niveau d’équilibre de la jeunesse. Nous ne laissons pas tomber leur teneur en magnésium et en calcium au-dessous de ce qu’elle était à trente ans. Nous leur faisons des transfusions de sang jeune. Nous maintenons leur métabolisme stimulé en permanence.
Le Meilleur des Mondes – Chapitre 7

La transfusion sanguine, déjà en 1492

Si des textes mentionnent cette pratique chez les Egyptiens et à l’époque romaine, les premières traces de transfusion sanguine remonterait en 1492 avec le Pape Innocent VIII. Alors extrêmement malade et après avoir consulté ses meilleurs médecins, le pape n’aurait alors plus que quelques mois à vivre. Il réquisitionna donc 3 jeunes hommes (ou jeunes garçons même suivant les récits), parmi les plus en forme et les mieux constitués, et les exécuta plus ou moins car, en les vidant totalement de leur sang, ils avaient effectivement peu de chances de survie.

Seulement voilà, après avoir effectué la transfusion, le pape mourut 3 jours plus tard. Chou blanc donc. L’existence des groupes sanguins n’ayant été découvert que plus tard, les médecines d’Innocent VIII ne pouvait pas être au fait de ce petit détail. Certaines histoires affirment cependant que le pape n’a pas subi de transfusion, mais bu directement le sang des jeunes garçons. On parlera donc non pas de transfusion, mais plus largement de premier traitement de cellules vivantes.

Mais aussi dans Silicon Valley

Plus récemment, on a pu voir la série d’HBO Silicon Valley s’emparer du sujet. Le 12 mai dernier, les scénaristes ont dédié l’histoire de l’épisode, intitulé The Blood Boy, à cette question. Ainsi on voit le personnage Gabin Belson qui reçoit, pendant un rendez-vous professionnel, une transfusion de sang d’un jeune homme.

Silicon_Valley_HBO_Ambrosia_Forward

Written by

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *